Wifredo Lam - Exposition - Centre Pompidou - Paris - du 30/09/2015 au 15/02/2016 - Compte-rendu de visite

LES YEUX DE LAM
Le Centre Pompidou consacre, pour la première fois, une rétrospective à l’oeuvre de Wifredo Lam

Pour témoigner de la vie de Wifredo Lam, le Centre Pompidou propose un parcours de près de trois cents oeuvres (peintures, dessins, gravures, céramiques) avec des documents et des photographies.
Né d’un père chinois et d’une mère mulâtre descendante d’esclaves et d'espagnols, Wifredo Lam construit son oeuvre entre l'Espagne, la France et Cuba, entre drame familial (le décès de sa femme et de son jeune fils) et bouleversements historiques (la guerre civile espagnole, la Seconde Guerre mondiale, le Cuba de Castro).
Le contexte étant posé, que dit l'oeuvre ? J'ai déambulé tout au long de cette rétrospective sans accrocher à l'oeuvre de l'artiste. Un étrange sentiment d'indifférence m'a envahi.
Peu de toiles m'ont donné à voir, à contempler, à admirer, à ressentir une émotion. Sauf trois toiles. Il s'agit des toiles intitulées Belial, empereur des mouches (1948), Les Noces (1947) et Nativité (1947). Leur influence sur l'artiste suisse H. R. Giger m'a sauté aux yeux. J'aime découvrir ces échos, conscient ou non, entre artistes. Si H. R. Giger n'a jamais vu ces toiles, alors les deux artistes ont perçu le même autre monde.

 Les Noces, 1947. Huile sur toile. 216 x 200 cm
Staatliche Museen zu Berlin, Nationalgalerie, Berlin
 

Commentaires