Uli Jon Roth - Tokyo Tapes Revisited Tour - Le Petit Bain - Paris - 28/04/2017 - Compte-rendu de concert - Concert review


REVE DE SCORPIONS
Uli Jon Roth revisite le mythique album "Tokyo Tapes" de Scorpions.


Quarante ans après son mémorable passage dans le groupe Scorpions, le guitariste Uli Jon Roth revisite depuis plusieurs années le magnifique répertoire de ces temps bénis. Quatre albums enregistrés de 1974 à 1977. Avant que Roth ne décide en 1978 de quitter Scorpions pour fonder son propre groupe, "Electric Sun". Il participe avant de partir à une ultime tournée avec Scorpions. En avril 1978 le groupe donne ainsi une éblouissante série de performances au Japon qui est gravée sur l'album en concert "Tokyo Tapes". Quand l'album sort, nous succombons immédiatement à son charme. Une magie intemporelle opère. Il s'agit là d'un album initiatique appelé à devenir une référence incontournable. Uli Jon Roth célèbre ces temps-ci les presque quarante ans de "Tokyo Tapes" en en revisitant des morceaux, essentiellement ceux qu'il a écrits. Une célébration qui a commencé depuis plusieurs années (dix chansons de l'ère Scorpions au Nouveau Casino en 2011, quinze à la Flèche d'Or en 2014 pour les quarante années du premier album avec Scorpions et quatorze morceaux ce soir revisitant l'album "Tokyo Tapes"
).


Le Petit Bain est une barge flottante sur la Seine. Le concert a lieu dans la soute. A l'heure où nous arrivons, la salle est déjà bien remplie. Nous nous installons un peu en avant du bar. Pas de première partie ce soir. Uli Jon Roth est accompagné de deux autres guitaristes (David Klosinski et Niklas Turmann, ce dernier assurant le chant), de Corvin Bahn aux claviers ainsi que d'une section rythmique basse-batterie. Le groupe démarre avec « All Night Long ». D'où nous sommes situés le son a tendance à se réfléchir, en interaction avec le plafond bas, le sol et les murs. Bref ça manque de relief. Uli Jon Roth, toujours aussi poli, nous annonce humblement "Bonsoir Paris nous allons jouer Tokyo Tapes". En fait Uli Jon Roth va jouer des morceaux de l'album "Tokyo Tapes" ainsi que d'autres morceaux de son époque Scorpions. "Longing for Fire" par exemple, baigné dans des éclairages ocre, orange et rouge. La basse est parfaitement discernable et propulse le morceau. Suit "The Sails of Charon", qui confirme que Niklas Turmann parvient à restituer les différents types de chant de Klaus Meine. Uli Jon Roth donne de la voix sur "Sun in my Hand".


L'immense "We'll Burn the Sky" met le feu aux poudres. Les paroles ont été écrites par Monika Dannemann, dernière petite amie de Jimi Hendrix avant sa mort. Cette chanson est ainsi un double hommage à Jimi Hendrix. L'hommage de l'amoureuse à son amoureux et l'hommage d'un guitariste à son musicien vénéré.
"Je sais que nous n'avons jamais été séparés
Ton amour enflamme mon coeur
Nous enflammerons le ciel
Quand ce sera mon heure de mourir"
Autre immense morceau, "In Trance", dont les choeurs sont repris avec ferveur par la foule. Uli Jon Roth joue divinement de la guitare. L'influence mystique est évidente dans son jeu tant les sons nous entraînent irrésistiblement vers le beau, vers le haut. "Rainbow Dream Prelude" nous offre une belle démonstration de la virtuosité du guitariste, avec des accents hispanisants. Troisième splendeur intemporelle de la soirée, le bouleversant "Fly to the Rainbow" et son final étourdissant, entre hennissements aigus et vrombissements graves qui font trembler la carlingue de la barge. Magnifique. Ovation soutenue. Après une heure de jeu, Uli Jon Roth annonce un quart d'heure de pause. Nous profitons du mouvement de foule pour nous déplacer dans la fosse.

  
Nous voici installés dans la fosse. Le son est fort et précis. La chaleur est intense. "Pictured Life" puis "Catch Your Train". Uli Jon Roth nous régale de ses sourires. Le guitariste prend un immense plaisir à jouer. L'épatant "Polar Nights" nous rappelle par moment le son du groupe Cream, Eric Clapton étant une autre influence de Uli Jon Roth, moins prononcée que celle de Jimi Hendrix. Suit un très funky "Hell Cat". Un morceau chanté à deux voix, à la structure toujours aussi étonnante. "Dark Lady" est prodigieux. L'interprétation est très puissante. Dans une improvisation superbe, Uli Jon Roth glisse même la mélodie de la ballade "Kojo No Tsuki" qui figurait sur l'album "Tokyo Tapes". Uli Jon Roth présente les musiciens. Des bruits d'oiseaux retentissent en intro du très beau "Yellow Raven", qui commence en douceur avant de finir en force. La partie consacrée à la période Scorpions est terminée. Uli Jon Roth rend ensuite hommage à son maître musical. D'abord avec une reprise fracassante de "All Along the Watchtower" de Bob Dylan, jouée ici dans la version fulgurante de Jimi Hendrix. Au gré de ses improvisations, Uli Jon Roth glisse le riff de "Layla" de Derek and the Dominos, clin d'oeil à Eric Clapton. Ensuite, pour conclure, une très belle interprétation du "Little Wing" de Hendrix. Uli Jon Roth nous livre alors d'ultimes sons venus d’ailleurs.
Les deux heures de concert ont passé comme un charme.




Setlist :
Set 1

  1. All Night Long
  2. Longing for Fire
  3. The Sails of Charon
  4. Sun in My Hand
  5. We'll Burn the Sky
  6. In Trance
  7. Rainbow Dream Prelude
  8. Fly to the Rainbow
Set 2
  1. Pictured Life
  2. Catch Your Train
  3. Polar Nights
  4. Hell Cat
  5. Dark Lady
  6. Yellow Raven
  7. All Along the Watchtower (Bob Dylan)
  8. Little Wing (The Jimi Hendrix Experience)

Commentaires