Neil Young Archives - Visite guidée d'un demi-siècle de création

IF YOU FOLLOW EVERY DREAMS
(si tu suis tous tes rêves)
Coup d'éclat. Neil Young a mis en ligne l'intégralité de sa carrière avec un son optimal

"C'est une longue route derrière moi
C'est une longue route devant moi
Si tu suis tous tes rêves
Tu peux te perdre"
The Painter sur l'album "Prairie Wind"

Ce 1er décembre 2017, Neil Young a mis en ligne gratuitement l'intégralité de sa carrière soit plus d'un demi-siècle de chansons. Coïncidence, mais vous allez voir c'est directement lié, je viens tout juste de terminer de lire l'autobiographie de l'artiste. Un récit qui ressemble à ses albums. C'est foisonnant, émouvant, bordélique, attachant, drôle, énervant, ça respire l'amour de la famille et des amis. Malgré les accidents, les maladies, la mort omniprésente, Neil Young explore sans relâche, entre country traditionnelle et distorsion rageuse, entre amour des vieilles automobiles et développement d'un véhicule électrique, entre usage de drogues et amour des ballades dans la nature. Neil Young nous parle également dans son autobiographie de sa croisade personnelle, un projet de musique dématérialisée proposant bien meilleure qualité que le MP3. L'autobiographie date de 2012 et en lisant ce projet de musique dématérialisée en haute-définition je me suis dit en moi-même : "Bon courage Neil Young, la route est longue pour mener à terme un tel projet, sacré rêveur hippie va !". Et là, ce 1er décembre, Neil Young ouvre un site en ligne et nous livre toute sa carrière avec un son optimal. Neil Young l'a fait, à 72 ans le gars est plus que jamais dans le coup. Revolution Blues.


"Neil Young Archives" est une plateforme de streaming. Le site est ici : www.neilyoungarchives.com/. D'aucun pensait, après la sortie d'un premier volume d'archives en 2009, soit 11 CDs couvrant la période 1963-1972, qu'un second volume d'archives ne verrait jamais le jour. Vrai et faux donc. Si la version en CD ne semble plus d'actualité, Neil Young a fait le pari de mettre toute sa carrière en ligne, y compris l'album qui vient tout juste de sortir. Un sacré pari.

Le site en ligne met cinq minutes à se charger ce 3 décembre sur mon ordinateur. Nous verrons si c'est un temps de chargement provisoire, le lancement du site étant tout récent. Après ce chargement, toutes mes demandes d'actions reçoivent une réponse immédiate. C'est très fluide. Le site, telle que je le découvre, est organisé autour de deux entrées, d'un côté une chronologie, de l'autre un classeur de rangement. Le contenu est immense : tout l'oeuvre de Neil Young en solo mais aussi avec Buffalo Springfield et Crosby Stills Nash and Young. Des inédits vont être ajoutés, dont dix albums (dix !) et des films. Tout est en haute-définition, disponible en streaming.


Neil Young voit son site en ligne comme un musée ouvert à toutes et tous, un musée en permanente évolution. L'accès est gratuit jusqu'au 30 juin 2018 et ensuite une contribution sera requise (annoncée modique si l'affluence est au rendez vous).

La perfection technique annoncée de manière obsédante par Neil Young (dans son autobiographie et ses interviews) est-elle au rendez-vous ? La réponse est oui, vingt fois oui. La société de Singapour OraStream a développé des fichiers vingt fois plus lourds que le format standard MP3. Et le résultat est bluffant. Le son est irréprochable. A noter que pour ceux qui ont des vieux ordinateurs ou un faible débit internet, il est possible d'écouter les morceaux avec un format moins exigeant. Tout le catalogue n'est pas encore disponible sur le site, ça va se remplir de semaines en semaines. Là j'ai écouté "Le Noise", "Storytone", "Prairie Wind" mais je dois attendre pour pouvoir écouter "Trans" ou "Americana" (mes choix du jour). Si l'écoute de "Prairie Wind" ne m'a fait redécouvrir l'album (la qualité de mon CD est suffisante), l'écoute de "Le Noise" avec un son optimal m'a impressionnée. C'est un album que je réalise avoir clairement sous-estimé en le découvrant avec un son MP3. Neil Young a donc raison, lui qui se plaint que les fichiers MP3 compriment la musique et ne laisse qu'entre 5 et 20% de la musique jouée par l'artiste. Le son sur la plateforme se déploie vers d'autres horizons, plus beaux et plus vastes.

Pour chaque album mis à disposition nous avons une fiche qui rassemble la pochette, les paroles des chansons, la liste des musiciens et les conditions de production. D'ailleurs ceci permet une troisième possibilité de parcours de la carrière de Neil Young, en faisant défiler les fiches des albums.


Neil Young explique ses intentions dans une rubrique dédiée. Il rappelle avoir voulu discuter avec Apple depuis des années pour définir une mise à disposition du son dans un format respectueux de l'artiste. Il a cherché un compromis, une solution. C'est le sens du titre de son autobiographie. "Waging Heavy Peace" ou "Rechercher une paix durable". Las d'attendre que Apple réagisse, Neil Young a donc développé lui-même la solution pour mettre à disposition en ligne son répertoire avec un son parfait. Comme il l'écrit dans son livre : "donnez trop d'argent à un hippie et tout peut arriver". C'est arrivé. Et on n'a pas fini de découvrir les impacts de la révolution que vient de faire Neil Young, plus que jamais dans le coup. Comme le dit Neil Young dans la vidéo de présentation de sa plateforme : "N'oubliez pas de prendre du bon temps et essayez de ne pas vous perdre". Allez, je retourne me balader avec lui.

Commentaires